fbpx
Nouvelles

Les élèves de 3e deviennent écrivains grâce à la BD

28 avril 2016

Grâce à l’étude interdisciplinaire, en histoire et en français, de Maus (1991) d’Art Spiegelman, les élèves de 3e ont réussi à s’approprier le témoignage historique que constitue cette BD devenue un classique de la littérature mondiale.

Maus est le premier album de BD couronné par le prix Pulitzer. Le défi consistait à partir d’une oeuvre graphique très forte pour en comprendre les motivations littéraires.

Le choix sobre du noir et blanc conforte le sérieux du propos, alors que les élèves ont pu se rendre compte que ce projet d’écriture a occupé treize ans de la vie d’Art Spiegelman et lui a permis d’acquérir une renommée mondiale, grâce à ses 18 traductions.

Maus s’articule essentiellement autour de la destruction des carnets d’Anja, la mère d’Art Spiegelman, qui a connu, à l’instar de son mari, les camps de concentration d’Auschwitz durant la Seconde Guerre mondiale. La mort prématurée d’Anja a amené Vladek, le père d’Art Spiegelman, à brûler ces documents précieux. C’est de la disparition des carnets qu’est né le désir d’Art de reconstituer ce pan de l’histoire familiale et de l’histoire mondiale.

Pour les élèves de 3e, l’étude de l’oeuvre s’est poursuivie par le projet d’une écriture collective dont l’objectif était double : il s’agissait d’investir à la fois une écriture intime favorisant l’empathie et une reconstitution historique documentée de la vie à Auschwitz durant la Seconde Guerre Mondiale.

Les élèves ont rédigé en binômes les épisodes du journal intime qu’aurait pu tenir Anja lors de sa déportation et de son retour chez elle.
Ils ont pu employer l’outil collaboratif Google Docs qui leur permettait d’une part, d’écrire à deux mains, et d’autre part, de partager en temps réel le progrès de leur travail à leur professeur qui pouvait ainsi le commenter. L’écriture sur i-Pad a quant à elle permis de lever bien des inhibitions dans le rapport à la rédaction. De plus, la réactualisation en temps réel du document a limité fortement tous les problèmes de réécriture ou de perte d’informations entre plusieurs versions. Grâce au Google Drive, le travail pouvait se poursuivre également à la maison.

Les recherches effectuées par les élèves leur ont permis d’approfondir leur connaissance des conditions de vie à Auschwitz par le recours à des témoignages littéraires ou audiovisuels. En quelques séances, les élèves se sont approprié ces parcours authentiques et ont pu reconstituer une page douloureuse de l’histoire du XXe siècle.

L’ensemble des créations visait à reconstituer un journal homogène dans la durée. Chaque classe de 3e a travaillé en délimitant des bornes concernant le début et la fin de l’internement d’Anja Spiegelman à Auschwitz et s’est appuyée sur des témoignages historiques pour situer certains épisodes. La 3e 2 a ainsi témoigné de la déportation et de l’acclimatation d’Anja au camp, alors que la classe de troisième 1 a traité le quotidien et la sortie du camp, puis la libération et le retour d’Anja dans sa patrie polonaise. Les deux carnets peuvent aussi bien se lire dans une continuité chronologique qu’indépendamment, le parti-pris fictif étant qu’il s’agissait de deux cahiers, ici matérialisés sous la forme d’i-Books, et dans la version pdf.

A la lecture, on perçoit la capacité des élèves à travailler ensemble au-delà du binôme puisqu’ils se sont concertés pour harmoniser leurs épisodes. On mesure la justesse de leur interprétation dans la mesure où ils se sont appuyés sur l’étude de Maus, et on entend une petite voix tenace qui nous touche. Le résultat, à la fois réaliste et émouvant, témoigne du sérieux de leur investissement et de leurs qualités d’écriture. Ils en ont tiré un motif tout à fait légitime de fierté : bravo à tous !

Carla Van den Bergh

Contact

c.vandenbergh[at]iil.ch

Photo : Thesupermat, Art Spiegelman en dédicace lors du salon du livre 2012, Wikimedia Commons (CC license)