fbpx
Nouvelles

Quand Molière rencontre Racine et nos élèves, Jean-Pierre Vincent, de la Comédie française

6 décembre 2016

Imaginez l’Agnès de L’Ecole des Femmes converser avec Iphigénie, et nos deux héroïnes classiques régler leurs comptes à Molière et Racine… Imaginez qu’Agamemnon ait à se défendre, au cours de son procès, d’avoir voulu sacrifier sa propre fille sur l’autel des Dieux !

Quelle audace, n’est-ce pas ? C’est bien ce que les élèves d’IIL ont osé faire, après avoir étudié L’Ecole des femmes de Molière, et lu l’Iphigénie de Racine et avant d’assister à la représentation de l’Iphigénie en Tauride de Goethe.

La classe de Seconde 1 a imaginé la confrontation d’Agnès et d’Iphigénie, alors que la classe de Seconde 2 a soumis Agamemnon à la question et fait le procès d’un monarque déjà condamné à obéir à un terrible oracle. Nos élèves ont ainsi réussi à rendre compte de leurs analyses à travers de savoureux dialogues qu’ils ont pris plaisir à jouer devant leurs camarades.

Mais le point d’orgue de cette séquence fut sans nul doute, après la visite des coulisses du théâtre de La Comédie, la rencontre, le 18 novembre 2016, avec le metteur en scène Jean-Pierre Vincent, dramaturge qui a collaboré avec Patrice Chéreau, Administrateur général de la Comédie française de 1983 à 1986, ancien directeur du Théâtre national de Strasbourg, toujours membre du conseil d’administration du festival d’Avignon.

Nos élèves ont pu comprendre grâce à ce grand monsieur du théâtre, qui privilégie les rapports entre les humains, qu’une passion se partage et que la conviction de pouvoir améliorer le monde ne faiblit pas avec les ans. Faire du théâtre, c’est en effet se révolter, aux yeux de Jean-Pierre Vincent, se révolter contre les injustices, contre le sexisme comme nous le montre son Iphigénie, contre la xénophobie. Toutes les réponses que cet immense dramaturge a données à nos élèves en témoignaient. Faire du théâtre, c’est aussi pour Jean-Pierre Vincent montrer la beauté et la poésie du monde que nos élèves ont perçues, émerveillés, en écoutant une douce musique envoûtante qui parlait à l’âme du spectateur, en voyant le magnifique décor d’Iphigénie en Tauride et en goûtant la magnifique traduction du texte de Goethe choisie.

Encore merci, Jean-Pierre Vincent, pour votre générosité et votre amour du théâtre qui nous font aimer cet art vivant et … l’Homme malgré ses faiblesses.

Productions

Racine, Molière, Iphigénie et Agnès par Elisha, Camille, Grégoire et Henri

Racine, Molière, Iphigénie et Agnès par Sixtine, Jade et Réhan

Contact

c.jacomme[at]iil.ch

c.duret[at]iil.ch