Les Nouvelles Technologies en Classe

  • 2 avril 2019

L’Institut International de Lancy (IIL) est considéré comme l’une des écoles les plus innovantes de Suisse en matière de technologie dans les classes. Adrian Hirst, responsable des Technologies de l’information et des communications (TIC) à l’Institut International de Lancy, partage avec nous quelques bons conseils.

Cet article a initialement été publié dans Things to do in Geneva par Chené Koscielny.

 

Comment l’Institut est-il devenu un leader dans le domaine des technologies de l’éducation?

A l’Institut, nous utilisons les technologies Apple depuis plus de 20 ans. Cela nous a permis d’identifier et d’apprendre de nos erreurs, et de développer très tôt une approche unique et solide.

Quelle est la meilleure approche?

Qu’une école investisse une petite fortune dans 1000 iPads et inaugure fièrement une nouvelle salle informatique ne signifie pas que la technologie est utilisée au bénéfice des élèves, explique M. Hirst.

L’investissement financier n’est que le début. C’est la manière dont l’école intègre la technologie qui détermine le succès de la démarche.

Fondre la technologie dans l’environment pédagogique 

Selon M. Hirst, l’objectif est de fondre la technologie dans le décor.

Mais après avoir dépensé des milliers dans de nouveaux équipements, voulonsnous vraiment les faire passer au second plan?

Oui, car le but est d’intégrer la technologie au point où la ligne entre technologique et non technologique devient floue.

«Prenons par exemple l’iPad. Il est essentiel qu’il soit considéré uniquement comme un outil parmi tant d’autres, mis à la disposition des enfants pour les aider à conceptualiser leurs projets. L’idée est de leur enseigner à savoir quand la technologie est nécessaire et quand la laisser de côté.»

Stimuler la créativité 

Lorsqu’elle est utilisée à bon escient, la technologie permet aux élèves de concevoir des projets qu’ils n’auraient même pas pensés possibles.

Par exemple, l’Institut vient d’investir dans un graveur laser et, en 2019, ils créeront un laboratoire STEAM (Science, Technology, Engineering, Arts and Maths).

M. Hirst pense qu’il faut davantage montrer aux élèves à quel point ces outils permettent d’appréhender les projets scolaires autrement, d’une manière qu’il n’aurait pas imaginée. Avec l’aide de la technologie, un projet de géographie ou de science prend une tout autre dimension. Ces outils devraient être subtilement et progressivement intégrés aux programmes de chaque classe pour permettre à tous d’aller plus loin.

Ne pas limiter l’accès à l’internet 

L’approche d’IIL est de ne pas limiter ou filtrer l’accès à Internet. Les élèves sont protégés par un pare-feu pour que les contenus non appropriés ne puissent pas leur être accessibles, mais à part cela, ils n’ont que peu de restrictions.

«Notre approche a été révolutionnaire. Nous avons commencé avec une leçon de TIC par semaine et aujourd’hui tous nos élèves sont équipés d’un iPad, auquel les secondaires ont accès 24h/24.»

Durant cette transition, les réactions étaient partagées entre l’admiration et la dérision.

«Nous pensons qu’on ne peut pas réellement contrôler l’accès à la technologie car les élèves trouveront toujours un moyen de contourner la restriction. Et nous n’avons pas envie de rentrer dans ce jeu. Il est bien plus pertinent d’enseigner aux élèves à utiliser la technologie de manière responsable. Ils sont alors encouragés à réfléchir par eux-mêmes, et nous, enseignants, nous sommes toujours là en cas de besoin.»

Une nouvelle manière d’enseigner 

Si les enseignants adhèrent au projet, la technologie peut avoir un véritable effet boule de neige et changer la manière d’apprendre.

«Nous nous éloignons peu à peu du modèle traditionnel où le professeur se tient debout devant la classe et partage son savoir. Les élèves acquièrent aujourd’hui davantage de connaissance en autonomie grâce à Internet. Le professeur est presque rétrogradé et cela peut être perçu comme une menace.»

Le défi pour l’enseignant est donc d’endosser un nouveau rôle: au lieu de transmettre le savoir, il doit désormais se concentrer sur le partage d’expérience et de compétences personnelles, afin de montrer à l’élève la meilleure manière d’utiliser les connaissances qu’il a acquises.

L’innovation dans l’éducation 

La technologie a la capacité de stimuler l’approche éducative. «Elle a complètement fait exploser l’ancien modèle pédagogique.»

L’école doit intégralement repenser sa structure et se montrer ouverte aux nouvelles méthodes d’enseignement, collaboratives, transversales et présentes à tous les niveaux, y compris dans l’agencement des salles de classe et des bâtiments.

A l’Institut, un Comité d’innovation se rencontre chaque semaine pour discuter de la meilleure manière de rester à la pointe des développements technologiques et faire face aux nouveaux challenges.

Inclure les parents 

IIL organise régulièrement des ateliers pour apprendre aux parents d’élèves à aider leurs enfants à naviguer de manière sécurisée.

«Il est important de rester aussi impliqué que possible et de ne pas se laisser dépasser par la technologie. Vous ne pouvez pas contrôler votre enfant, mais vous pouvez être présent pour l’aider.»

Pour en savoir plus sur l’Institut International de Lancy et leur approche en matière de technologie dans l’éducation, n’hésitez pas à contacter M. Adrian Hirst :

Email: ahirst@iil.ch

Téléphone: 0041 22 794 26 20

Les commentaires sont fermés