Rencontre avec Louise Peacocke

  • 6 octobre 2019

Quel est votre fonction à l’Institut ?

Je suis professeure à l’Institut depuis près de 10 ans, pour les élèves de Year 7 à Year 9. Je leur enseigne l’art, l’innovation et la technologie au travers des cours Steam, la littérature anglaise et le théâtre. Je suis diplômée d’un Master of Fine Arts (Beaux Arts) du Royal College of Art au Royaume-Uni et d’un Master en éducation, dont les travaux de recherches portaient dernièrement sur comment encourager l’empathie chez les enfants de langues maternelles différentes.

Qu’est-ce qui vous plait dans le fait d’enseigner ?

Ce que je préfère dans l’enseignement c’est de voir les élèves stimulés par le sujet qu’ils étudient et voir comment cela peut les toucher personnellement. Je pense que le vrai enseignement, celui qui a du sens, c’est quand un élève peut appliquer une idée de manière transversale entre plusieurs disciplines. Par exemple, les Year 9 étudient l’œuvre illustrée d’Anne Frank. Ils apprennent ainsi à « lire » une image et intègrent des éléments d’histoire de l’art, tout en faisant des recherches sur les conflits actuels afin d’écrire le journal d’un jeune d’aujourd’hui faisant face à ces conflits. L’année dernière, l’Institut a également accueilli une reconstitution de l’Annexe d’Anne Frank, avec le soutien de la Maison Anne Frank. Cela a permis aux élèves de mieux visualiser et de mieux « se mettre dans la peau » d’Anne Frank tout en étudiant des événements majeurs de notre Histoire et du monde actuel.

De récentes études montrent que la lecture favorise l’empathie : on voit les choses du point de vue de quelqu’un d’autre. C’était très intéressant à enseigner et cela permet de faire le lien avec d’autres disciplines au sein de l’école. Nous essayons de mettre en place ce genre de projets aussi souvent que possible. Ce type de travail permet aux élèves d’apprendre tout en appliquant dans leur vie de tous les jours. L’apprentissage interdisciplinaire est important pour le développement de nos futurs penseurs et leaders. Nous ne connaissons pas encore les exigences du monde de demain, mais nous savons que nos élèves devront savoir collaborer, adopter un raisonnement divergent et créatif, faire preuve d’empathie et comprendre comment les choses sont interconnectées, globalement et à travers les sphères socio-économiques et culturelles.

Qu’est-ce que vous préférez par-dessus tout ?

J’adore enseigner à toutes mes classes, mais ce que je préfère dans l’enseignement c’est quand un élève a une « illumination », un déclic. Ce peut-être le moment où il arrive à comprendre un sujet vraiment complexe ou à appréhender le point de vue de quelqu’un d’autre, très différent du sien. Je me sens vraiment privilégiée de pouvoir enseigner à des jeunes aussi incroyables, curieux, gentils et créatifs. J’aime cette école, j’aime notre communauté, et j’aime particulièrement tous ces jeunes qui nous font confiance et nous confient leur enseignement.

Les commentaires sont fermés