Mon enfant est-il victime de harcèlement ? Que doit faire l’école ?

  • 18 septembre 2020

Alors que la nouvelle année scolaire commence et que les élèves entament ce qui sera, espérons-le, une année scolaire moins perturbante, certains parents peuvent avoir des inquiétudes concernant leurs enfants d’un point de vue social.

 

Article initialement publié sur le site web de Things to do in Geneva

Ecoutez également l’entretien radio sur KiVa à IIL dans l’emission Learn more World Radio Switzerland .

Les brimades entre enfants ne sont pas nouvelles. Ce qui est nouveau et très rassurant, c’est que de nombreuses écoles s’attaquent enfin à ce problème. Nous avons examiné certaines des différentes politiques scolaires et nous avons été très impressionnés par le nouveau programme de l’Institut international de Lancy (IIL).

Chase Jones, enseignant du secondaire et formateur agréé KiVa à IIL, explique pourquoi l’école a choisi de mettre en œuvre en 2020 ce programme anti-harcèlement reconnu à un niveau mondial.

 

Que doivent faire les écoles face au harcèlement ?
Selon M. Jones, la lutte contre le harcèlement ne doit pas se limiter à la mise en place d’une procédure pour traiter les incidents. Il est important de créer un environnement inclusif où les élèves apprennent l’empathie et la tolérance ainsi que la résilience pour surmonter les obstacles. En tant qu’école, nous avons estimé qu’il était essentiel que chaque membre du personnel soit formé à reconnaître et à gérer toute situation susceptible de devenir un cas de harcèlement.

 

Pourquoi IIL a décidé d’introduire un programme anti-harcèlement maintenant ?
À IIL, nous nous sommes toujours efforcés de créer un environnement tolérant. Avec la nouvelle Directrice générale, nous avons voulu trouver un programme analytique et totalement inclusif qui aborde également le harcèlement de manière préventive. Après quelques mois de recherche des différentes options, nous avons découvert le programme internationalement reconnu, KiVa, basé en Finlande. Le programme KiVa offre une approche unique pour unifier les efforts de l’école sous une bannière commune :

« À IIL, nous n’accepterons pas le harcèlement. En tant que communauté, nous nous sommes engagés à créer une école dans laquelle chaque personne se sent en sécurité pour travailler, apprendre et s’épanouir ».

 

Pourquoi IIL a choisi le programme KiVa – quelles sont les principales caractéristiques de cette approche ?
KiVa est un programme qui relie plusieurs des approches que nous utilisons déjà à IIL. Le programme KiVa s’attaque au harcèlement moral de deux manières : Actions universelles et actions ciblées.

Les actions universelles représentent les mesures préventives intégrées dans différents domaines de l’école. En fonction de l’âge, des cours en classe sont consacrés deux fois par mois à l’apprentissage des émotions, au développement de l’empathie et à l’identification claire de ce qu’est le harcèlement et de la manière d’aider une personne victime de harcèlement. L’objectif est de faire passer les élèves du statut de témoins silencieux à celui de défenseurs des élèves victimes de harcèlement. D’autres actions universelles s’adressent aux adultes. Tous les membres du personnel, depuis le personnel de maison aux directeurs, ont maintenant été formés par nos formateurs KiVa afin de leur permettre de reconnaître les situations et de soutenir les élèves.

Des actions ciblées sont mises en œuvre lorsqu’un cas de harcèlement est signalé ou suspecté. L’équipe d’intervention KiVa rencontrera les élèves concernés et travaillera avec eux pour les aider à reconnaître, traiter et faire cesser le harcèlement. Un protocole de suivi est alors mis en place pour s’assurer que le comportement a été corrigé.

 

Quelle a été la réaction des étudiants et des membres du personnel jusqu’à présent ?
Nous avons reçu une réponse extrêmement positive de la part de tous. Pour lancer le programme, notre équipe de formation s’est rendue dans chaque classe pour présenter le concept, expliquer la définition du harcèlement et demander aux élèves de remplir un questionnaire anonyme. C’est une exigence du programme KiVa afin de nous donner une mesure quantifiable de notre situation et de notre évolution.

Les enseignants et les directeurs considèrent le programme KiVa comme un grand atout pour aider les élèves à renforcer leurs compétences personnelles et socio-émotionnelles. C’est également un outil de prévention qui devrait, à terme, aider les élèves à s’améliorer sur le plan scolaire dans un environnement où ils se sentent en sécurité pour être eux-mêmes. Lorsque les enfants se sentent en sécurité, ils sont capables de prendre des risques, de développer leur confiance en eux pour grandir et apprendre.

 

Y a-t-il des ressources supplémentaires pour soutenir le programme KiVa ?
IIL considère le programme KiVa comme une base sur laquelle d’autres éléments spécifiques seront ajoutés. Nous poursuivrons nos ateliers sur l’empathie pour les élèves du début de l’enseignement secondaire, où nous explorons les concepts de « débat contre dialogue ». Dans ces ateliers, les élèves apprennent à s’écouter mutuellement et à respecter les autres opinions.
IIL lancera également une collaboration avec Amnesty International Suisse pour des ateliers et des événements spécifiques.

Pour en savoir plus sur le programme anti-brimades, cliquez ici.

Les commentaires sont fermés